Vous êtes dans : Accueil > Notre Village > Découvrir Paray > Histoire > Des origines à la Première Guerre Mondiale

Des origines à la Première Guerre Mondiale

  • Paray

Sous le règne de Clovis (481-511), les grands établissements religieux prennent une importance considérable. En 1195, les deux abbayes parisiennes de Saint-Germain-des-Prés et de Sainte-Geneviève se voient attribuer une grande partie de Paray.

Vers 1250, afin de n'avoir qu'un seul interlocuteur pour transmettre instructions et exigences, les moines sont représentés par un maire (major), choisi parmi les habitants, qui transmettra en retour les réclamations. À travers les siècles, le village de Paray et son écart Contin ont une vie très discrète : la concentration de deux grosses fermes, l'éloignement d'un axe routier important, l'absence d'un cours d'eau... condamnent le village à végéter. En 1790, on estime sa population à 60 habitants.

  • La Vieille Poste

Durant de nombreux siècles, des messagers ont transporté des nouvelles pour le compte de hauts personnages, mais le véritable service postal est créé par Louis XI (1423-1483) en 1479. Il fait mettre en place des relais toutes les 7 lieues, soit environ 30 kilomètres. De Paris à Fontainebleau, on pouvait rencontrer un relais à Villejuif et un autre à Juvisy-Fromenteau. En 1648, le relais de Juvisy est déplacé à Ris et un relais intermédiaire est installé aux confins d'Orly : la Poste du Longboyau.

En 1710, le relais de Juvisy est rétabli, la Poste du Longboyau ferme et le carrefour est baptisé « La Vieille Poste ».

Dès le XIXe siècle, la Vieille Poste prend de plus en plus d'importance en raison, d'une part, de sa situation de carrefour principal de plusieurs communes et, d'autre part, de sa proximité de la route de Fontainebleau.

La Vieille Poste devient le centre actif et vital de Paray, si bien que le conseil municipal décide d'y édifier la première mairie-école en 1890.

  • La 1ère guerre mondiale et ses conséquences

 

La grande guerre de 1914-1918 est peu ressentie dans notre commune, si ce n'est à travers l'absence des hommes partis sur le front. 1917 marque le plus grand bouleversement pour la Vieille Poste lorsque les Américains entrent en guerre contre les Allemands et transforment les grands champs d'Orly en terrain d'atterrissage.

 

 

Au lendemain de la guerre, la hausse des loyers et l'entassement de la population dans des locaux malsains accroient la crise du logement. Les classes populaires fuient la ville pour les départements limitrophes, le trafic ferroviaire s'améliore et permet une mobilité accrue, séparant les lieux de travail et d'habitation. En 1921, le cabinet Bernheim, spécialisé dans l'implantation de lotissements de la banlieue sud de Paris, achète une grande partie de la ferme de Contin. Rapidement, il procède à la division en lots de 400 m2 qui seront destinés à la location-vente.