Vous êtes dans : Accueil > Qualité de vie > Environnement > Espaces verts et fleurissement > Fleurissement et respect de l'éco-système

Fleurissement et respect de l'éco-système

Dans une démarche de développement durable, la Ville prend de soin de ses espaces verts et utilise les techniques qui permettent de respecter l'environnement.

Un choix de fleurs et plantations réfléchi sur la commune...

Nos services en charge des espaces verts s'attachent à utiliser des bulbes et arbustes naturalisables, originaires du continent et du sous-continent européen. Ces plantes, très florifères, résistent au vent et fleurissent chaque année.

« De vieilles variétés dites de grand-mère » sont ainsi privilégiées : plantes arides méditerranéennes, lavande, cistes, romarin, chêne vert, pin parasol, micocoulier de Provence, lagerstroemia indica...

Utilisation limitée des traitements phytosanitaires

Afin de respecter au mieux notre environnement, seuls quelques végétaux sont traités (les arbres remarquables, la vigne municipale et les arbres de nos avenues) lorsque le seuil de prédation est atteint.

De plus, nous utilisons des éco-prédateurs (larves de coccinnelles par exemple) sur le patrimoine végétal de nos avenues (tilleuls).

Respect de l'éco-système

Seuls quelques rosiers et plantes sont traités au coup par coup, comme la vigne communale ou les lilas des Indes sensibles à l'oïdium (champignons blancs).

Par ailleurs, l'acquisition d'un broyeur permet à nos équipes de transformer le bois blanc en paillage, qui est ensuite disposé au pied de la plante.

L'avantage de ce paillage réside dans sa capacité à garder l'humidité et empêcher la pousse des mauvaises herbes.

L'eau, une richesse rare...

Toutes les nouvelles plantations telles que les massifs de terre de Bruyère et les arbustes à fleurs bénéficient d'un arrosage micro-poreux ou d'un goutte-à-goutte. Ce système permet de réaliser d'importantes économies d'eau. Les plantes florifères, arbustes et massifs peu gourmands en eau sont privilégiés.

Notre devise : « Un maximum de fleurs pour un minimum d'eau »

La plupart des sites d’espaces verts de la ville sont donc munis d’arrosages intégrés et automatiques, ainsi que de pluviomètres, ce qui permet d’optimiser au maximum l’utilisation de l’eau.

Le désherbage thermique

Il consiste à provoquer un choc thermique de manière à faire éclater les cellules végétales des plantes, sans pour autant les brûler. Cette technique, utilisée sur certains sites par nos services, n'est ni plus ni moins que l'application d'un phénomène que les jardiniers connaissent bien : « le coup de chaleur ».

Cependant, il est préférable d'utiliser cette méthode dès la germination à la mi-mars.

 

 

Les mesures contre les chenilles processionnaires

Les chenilles processionnaires, gros cocons blancs visibles à la cime des arbres, sont doublement néfastes :

- elles occasionnent des dégâts sur les végétaux et font dépérir les arbres à long terme,
- leurs poils urticants sont dangereux, notamment pour les enfants et les animaux domestiques.

Depuis que ces chenilles ont commencé à s’étendre en 2018, les résineux de la ville ont été surveillés et traités.

Les agents des services techniques éliminent par le feu les nids et les chenilles en procession, capturées par des éco-pièges posés autour des arbres. Des pièges à phéromones sont aussi installés en ville pour restreindre leur reproduction. Des nichoirs à mésanges, seules prédatrices de ces larves, ont été construits et disposées dans les arbres communaux (en collaboration avec les séniors de l'Espace Louis-Poizeaux.)

Afin de rendre ces actions efficaces, un arrêté municipal a été pris astreignant les propriétaires et locataires de jardins où se trouvent des arbres infestés à réaliser une telle démarche. La Ville incite donc les habitants à aménager chez eux des nichoirs à mésanges : disponibles en jardinerie, ils peuvent aussi se construire. La maquette est téléchargeable ci-contre. Attention : pour que les mésanges s'y installent, l'ouverture du nid doit se faire côté « soleil levant » (Est/Sud - Est). Jamais à l’Ouest, car c'est en ce sens que soufflent les vents dominants et pluvieux.